L’affaire des Panama Papers ouvre une nouvelle fois la boîte de Pandore de cette économie de l’ombre qui échappe à l’impôt et au droit.

Partager :