L'Hémicycle L'Hémicycle

Monde

Turquie : Erdoğan peut-il perdre ?

A la veille d’élections décisives, en Turquie, le président sortant n’a jamais été en si grande difficulté, menacé de perdre le pouvoir par une coalition d’envergure. Ces élections présidentielle et législative pourraient bien reconfigurer le rôle du pays sur la scène internationale, décrypte Ariane Bonzon, journaliste et auteure de Turquie, l’heure de vérité (1).

People passing by portraits of Turgut Ozal and Recep Tayyip Erdogan, current president of Turkey, in a street of Istanbul. C’est la première fois qu’une élection opposant Recep Tayyip Erdoğan à un adversaire est aussi serrée. Après presque vingt ans au pouvoir, le président sortant peut-il perdre ?    Ariane Bonzon Si la campagne et les élections étaient complètement équitables, alors Erdoğan perdrait les élections à coup sûr. Là, il y a un certain nombre d’inconnus, en particulier dus au séisme : trois millions et demi de Turcs ont perdu leur domicile. Comment vont-ils voter ? Dans leur nouvelle résidence ? Ou vont-ils retourner dans l’ancienne ? Même si des dispositions ont été prises, il y aura des ratés. Erdoğan mobilise les ressources de l’État pour son profit, en augmentant le salaire minimum, en donnant la possibilité à deux millions de personnes de partir à la retraite en avance, en augmentant4555

L’Hémicycle vous recommande

std_720x405_514_17

Après l’horreur, un nouveau Moyen-Orient ?

std_720x405_514_19

Chemi Peres : « Coexister devrait être une bénédiction, pas une malédiction »

std_720x405_513_32

Il y a cinquante ans… le premier choc pétrolier

514_det Je m’abonne