L'Hémicycle L'Hémicycle

Portrait

Le Sénat débat du droit de vote des étrangers : le «oui mais» de la gauche face au «non» de la droite

Par Pascale Tournier
Approuvé par une majorité de Français, le droit de vote des étrangers aux élections locales soulève une forte opposition à droite. La gauche sénatoriale, qui pensait pouvoir capitaliser sur ce texte symbolique, se montre mal à l’aise devant l’instrumentalisation qui en est faite. Dès le soir de la victoire de la gauche au Sénat, Martine Aubry l’avait annoncé avec détermination. « Grâce au changement au Sénat, nous allons pouvoir faire voter des textes qui ont été bloqués, comme celui du droit de vote des étrangers. » Votée à l’Assemblée nationale en 2000 mais jamais inscrite à l’ordre du jour du Sénat par Lionel Jospin, la 80e proposition de campagne de François Mitterrand pouvait enfin être adoptée, puis être soumise au référendum, si elle était présentée dans les mêmes termes. En accordant le droit de vote aux élections locales pour les extra-communautaires résidant en France depuis cinq ans, la majorité sénatoriale tenait une occasion historique de montrer que la gauche tenait enfin ses promesses, mais aussi un symbole fort d’un changement de cap de gouvernance.

L’Hémicycle vous recommande

std_720x405_515_27

Jean-Baptiste Djebbari vole de ses propres ailes

std_720x405_515_36

Le financier qui aimait les livres

std_720x405_514_24

Amélie Oudéa-Castéra : la politique est un sport

515_Mockup_det-1 Je m’abonne