L'Hémicycle L'Hémicycle

Portrait

Delphine Batho, petite-fille de 1981 et de 1789

Mitterrandiste de la première heure (elle a 8 ans en 1981), la porte-parole de François Hollande voue une admiration quasi filiale à François Mitterrand. La député socialiste des Deux-Sèvres, aujourd’hui social-démocrate, n’en cache pas moins un penchant inspiré pour les héros révolutionnaires. L’ancienne vice-présidente de SOS Racisme aime à citer Danton, Desmoulins et, plus proche de nous, Rosa Luxemburg. Il ne faut pas compter sur Delphine Batho pour rendre hommage aux grandes figures de l’histoire. Pas de Jaurès ni de Blum au bataillon, chez cette jeune militante venue à la gauche par le syndicalisme lycéen puis par SOS Racisme. « Ma prise de conscience politique vient des artistes engagés et des humoristes du début des années 1980, dit-elle en s’excusant de ses références décalées. Elle cite Daniel Balavoine, Coluche, Pierre Desproges et toute la bande du Tribunal des flagrants délires, en particulier Luis Rego. « C’était le temps des grands combats pour la solidarité avec l’Afrique, les grands concerts de Band Aid, la mobilisation pour lutter contre la pauvreté, les Restos du cœur. » Dans ce creuset des artistes populaires, la fille du photographe John Batho, grand maître de la couleur, a inscrit très tôt son engagement dans les tons rouge et rose. « J’étais en 5e quand je me suis lancée dans mes premières opérations militantes. C’était Action- École avec Médecins du monde, France Gall et Michel Berger. Les pompes à eau pour le Sahel. »

L’Hémicycle vous recommande

std_720x405_515_27

Jean-Baptiste Djebbari vole de ses propres ailes

std_720x405_515_36

Le financier qui aimait les livres

std_720x405_514_24

Amélie Oudéa-Castéra : la politique est un sport

515_Mockup_det-1 Je m’abonne