Martine Aubry, maire de Lille er présidente de Lille Métropole (P. Kovarik / AFP)

Martine Aubry, maire de Lille er présidente de Lille Métropole (P. Kovarik / AFP)


L’ensemble des habitants de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) sera relié à la fibre optique d’ici à 2020, se félicite sa présidente, Martine Aubry. Elle mise sur le numérique pour que la métropole lilloise puisse « rayonner dans l’Europe entière ».
LMCU est la première métropole à avoir signé une convention de suivi des déploiements de fibre optique jusqu’au domicile (FTTH). En quoi consiste cet engagement public-privé, notamment pour les zones les plus rurales de votre territoire ?
Lille Métropole, avec 85 communes, est la plus grande communauté urbaine de France et la moitié de notre territoire est rural. Grâce aux deux conventions que nous avons signées, l’une avec Orange, l’autre avec SFR, l’ensemble des habitants de Lille Métropole pourra être relié à la fibre optique d’ici à 2020 : en plus des 4 villes du cœur de l’agglomération ouvertes à l’intervention de tous les opérateurs, c’est Orange qui déploiera la fibre optique dans 11 communes de la métropole et 70 autres communes seront traitées par SFR. Les opérateurs s’engagent à déployer dans le même calendrier les zones urbaines et les villes plus rurales, et Lille Métropole est associée étroitement au suivi des travaux : les zones rurales ne seront pas le parent pauvre de la fibre optique dans la métropole.
La fibre représente un indéniable facteur d’attractivité économique pour un territoire hétérogène tel que le vôtre : 85 communes dont une vingtaine en zones rurales. Placez-vous les mêmes espoirs dans la 4G ? Quelles sont vos attentes ?
La fibre optique, c’est un enjeu de compétitivité et d’attractivité essentiel pour nos territoires. Les experts nous disent même que 5,5 % du PIB seront directement lié à Internet en 2015 ! L’importance d’une liaison très haut débit, nous la vivons tous déjà sur le terrain dans nos communes. Pour beaucoup d’entreprises aujourd’hui, être reliées en fibre optique est impératif. Dans la métropole, on compte 2 000 entreprises des nouvelles technologies, et nous misons sur le numérique pour rayonner dans l’Europe entière ; on n’a donc pas droit à l’erreur sur cette question de la fibre optique. La 4G est utile et permet le développement de nouveaux services pour nos habitants ; mais elle ne remplacera pas la fibre qui est nécessaire à nos entreprises.
En tant que maire de Lille, vous êtes très attentive aux nouveaux usages numériques pour vos concitoyens. Est-ce pour vous l’indissociable volet devant accompagner les infrastructures ?
Les infrastructures ne sont pas une fin en soi : le très haut débit pour tous, ce n’est pas qu’un impératif économique, c’est un projet de société. L’orientation que nous avons voulue, c’est que tous les habitants soient inclus dans ce mouvement. Nous travaillons beaucoup pour que les outils numériques se diffusent dans le quotidien de tous.
Et quels services numériques innovants la métropole s’apprête-t-elle à expérimenter auprès de la population ?
Dans la métropole, le développement des nouvelles technologies, c’est aujourd’hui une réalité dans le quotidien de tous. Pass Pass, le nouveau système de billettique sans contact du réseau de transport de la métropole devient le support de tous les services du quotidien : on peut même aller dans les musées de la métropole avec sa carte de transport. Le numérique doit permettre de développer de nouveaux services pour améliorer concrètement la vie de nos concitoyens et nous travaillons en particulier sur l’amélioration du quotidien des personnes dépendantes, à l’image des applications proposées dans notre « maison intelligente » développée à EuraTechnologies (parc d’activités TiC et incubateur lillois). Pour inclure tous les habitants de la métropole dans cette dynamique, nous travaillons également sur la formation et l’amélioration du service public par le numérique.

Partager :