Il n’a jamais été frondeur, mais n’est pas non plus légitimiste. Le nouveau chef de file des socialistes à l’Assemblée entend surtout remettre la machine en route, retrouver le sens du collectif. Un rôle pour lequel il semble s’être toujours préparé

Partager :