L'Hémicycle L'Hémicycle

Économie

Politique

De la fin du travail à la finalité du travail

Après des décennies de chômage de masse, où la peur de la « fin du travail » aura contraint nombre d’actifs à accepter des « bullshit jobs », un nouvel horizon se dessine alors que l’expression de « plein emploi » ressurgit.

std_720x405_510_6 Trop de gens l’ignorent, mais le 20 octobre est la date de la Journée internationale du paresseux, animal connu pour son faible empressement face aux choses de la vie, qui dort quinze heures par jour et met environ un mois pour digérer un repas. Un art de vivre et une date dont l’Ifop a pris prétexte pour publier une enquête sur le « droit à la paresse » et le rapport des Français au travail[1]. Qu’en retenir ? D’abord, qu’en dépit de la sympathie que leur inspire l’animal, les Français se situent résolument dans le camp adverse : seuls 1% des actifs s’avouent « pas du tout travailleurs », quand 78% se déclarent, au contraire, être « très travailleurs ». Une tendance qui fait écho à la dénonciation de plus en plus répandue de « l’assistanat ». Bémol immédiat4555

L’Hémicycle vous recommande

std_720x405_514_14

Fabien Roussel / Patrick Martin : un échange sans tabous

std_720x405_514_47

Florian Delmas : « Se nourrir correctement est la première des souverainetés »

std_720x405_514_45

Souveraineté alimentaire, un copieux défi

514_det Je m’abonne