L'Hémicycle L'Hémicycle

Le Club Hémicycle

Pierre Coppey au Club Hémicycle, le replay

Le 30 mai, le président de VINCI Autoroutes était l’invité d’Eric Revel, pour parler de la décarbonation de la route.

ABA_7632

Alors que le réseau autoroutier est confronté à des défis majeurs, comme la sécurité, la transition écologique ou l’augmentation du prix des péages, Pierre Coppey, président de VINCI Autoroutes, a détaillé les politiques mises en place pour y faire face sur les 4 445 kilomètres d’autoroutes que gère le groupe qu’il dirige depuis douze ans. Il était l’invité du Club Hémicycle, le 30 mai.  

La sécurité des automobilistes et des agents de terrain est un important sujet de préoccupation. Une enquête du Baromètre de la conduite responsable (1) a révélé des chiffres édifiants : 23% des moins de 35 ans reconnaissent avoir déjà conduit en regardant une vidéo sur leur smartphone et 20% d’entre eux déclarent avoir déjà pris le volant en état d’ébriété ou sous l’emprise de stupéfiants. « Ces comportements irresponsables ont déjà tué huit agents routiers depuis le début de l’année », a déploré Pierre Coppey, alors que la pénalisation de ce genre de fait est dans l’actualité ces derniers jours, après la mort de trois agents de police, à Roubaix, dans un accident provoqué par un individu sous l’emprise de drogues. « Je crois qu’on ne pourra jamais faire mieux qu’en appeler à la responsabilité individuelle, souligne le président de VINCI Autoroutes. Néanmoins, la pénalisation de certains comportements permettrait d’accélérer la prise de conscience. »  

La décarbonation est l’autre enjeu majeur. En France, le secteur des transports est le premier émetteur de gaz à effet de serre, responsable de 30 % des émissions nationales, et le seul dont les émissions ont augmenté depuis 1990. Les concessionnaires autoroutiers sont donc concernés au premier chef par la transition écologique. « Sur certaines constructions de routes, près de 50% des matériaux utilisés sont recyclés », a indiqué Pierre Coppey. Vinci Autoroutes souhaite aussi transformer l’autoroute en un lieu de production d’énergie décarbonée, avec le déploiement de panneaux photovoltaïques le long du réseau. Son président appelle les pouvoirs publics à une simplification de la réglementation, afin de ne pas attendre cinq ans pour lancer un chantier. « Il me semble que l’on pourrait mieux faire », a-t-il observé.  

C’est tout le secteur des transports, la route et l’autoroute mais aussi le rail, qui doit changer de paradigme et favoriser désormais les usages partagés. D’autant que « les distances entre le domicile et le travail ne font que croître », a rappelé l’invité. Des réponses doivent être apportées aux usagers pour repenser les modes de déplacements. Pour Pierre Coppey, il faut cesser de les opposer. 

A propos du prix des péages, qui ne cesse d’augmenter, ce qui agace les conducteurs, Pierre Coppey rappelle que la moitié de la somme acquittée revient directement à l’État. L’autre moitié servant à la qualité du service et à entretenir les infrastructures. « La vertu de ce système est que l’ont fait payer tous les usagers, y compris les étrangers qui traversent le pays », a-t-il observé.  

Retrouvez l’intégralité de l’émission sur notre chaîne YouTube

(1) Publié par la Fondation VINCI Autoroutes. 

L’Hémicycle vous recommande

MicrosoftTeams-image (56)

Olivier Marleix, invité du Club Hémicycle, le replay

MicrosoftTeams-image (43)

Pierre Moscovici : « Il faudra changer de braquet »

WhatsApp Image 2023-09-21 at 19.08.41

Saïd Hammouche : « 100 000 recrutements issus des QPV par an »

514_det Je m’abonne