L'Hémicycle L'Hémicycle

Politique

Yaël Braun-Pivet se confie sur ses engagements

Dans notre émission Hexagone, la présidente de l’Assemblée nationale se livre sur son parcours et ses positionnements vis-à-vis de l’exécutif. Selon elle, l’heure est venue pour les femmes « d’atteindre enfin l’égalité aux postes de pouvoir ». Y compris l’Élysée ?

MicrosoftTeams-image (15)

La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, était l’invitée d’Hexagone, l’émission de L’Hémicycle TV, animée par la journaliste Valérie Trierweiler.

La présidente de l’Assemblée nationale y raconte qu’elle fut bénévole aux Restos du Cœur avant de s’engager en politique, de devenir tour à tour députée (La République en Marche, puis Renaissance) des Yvelines, présidente de la commission des Lois, ministre des Outre-mer – pendant quelques semaines – et, enfin, d’être élue au perchoir du Palais-Bourbon. Elle évoque son « engagement profond et sincère » envers les personnes les plus démunies.

Aujourd’hui présidente de l’Assemblée nationale, elle affirme que les récentes réformes menées par le gouvernement sur le dossier de l’emploi, avec notamment la création de France Travail, la future suppression de l’allocation spécifique de solidarité (ASS) et la réduction de la durée de l’allocation chômage, annoncée mercredi 27 mars par le Premier ministre, sont en accord avec ses engagements personnels. « Je crois en toutes ces actions, aux 15 heures au RSA, aux territoires zéro chômeurs mis en place dans un certain nombre de départements ». Selon elle, l’accent est mis, à travers cette politique, sur un « accompagnement et un parcours personnalisé, pour certains ».

« Arrivés en France en 1930 avec un visa de tourisme et une valise, vos grands parents auraient-ils eu cette chance de s’intégrer ? » Cette question de Valérie Trierweiler fait bien sûr référence à la loi immigration, adoptée par les députés dans un climat tendu, le 19 décembre dernier, et largement censurée en janvier par le Conseil constitutionnel. À cela, Yaël Braun-Pivet répond : « La France reconnaîtra toujours les combattants de la liberté ».

À propos des récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur la possibilité d’envoyer de troupes en Ukraine, Yaël Braun-Pivet soutient : « Il est important d’entretenir cette ambiguïté stratégique ». C’est un « signal très fort envoyé à la Russie », continue-t-elle, avant d’assurer : « nous soutiendrons l’Ukraine dans la durée ». Concernant la guerre au Proche-Orient entre Israël et le Hamas, elle souligne la difficulté d’avoir « des interlocuteurs crédibles de part et d’autre », mais rappelle la nécessité de « construire une solution politique » entre Palestiniens et Israéliens.

« Les Français en ont marre des politiques qui ne pensent qu’au poste d’après et qui, ce faisant, négligent le poste et la fonction qu’ils exercent. Moi, j’exerce pleinement mon rôle, qui est d’être président de l’Assemblée nationale. » Questionnée sur une éventuelle candidature à la présidence de la République en 2027, elle répond, en avouant à demi-mots : « Ce serait formidable que les femmes atteignent enfin l’égalité aux postes de pouvoir ».

L’Hémicycle vous recommande

FRA : ASSEMBLEE NATIONALE : QUESTION AU GOUVERNEMENT

Yaël Braun-Pivet reconduite au perchoir

std_720x405_516_7

Général Christophe Abad : « Dans l’histoire des Jeux, les défis de sécurité n’ont jamais été aussi élevés »

std_720x405_516_6

Le spectre de Munich

516_Mockup_det Je m’abonne