L'Hémicycle L'Hémicycle

Débat

Les primaires, pourquoi pas ?

Il ne suffit pas d’ironiser, voire de caricaturer les primaires du PS pour en condamner le principe. La démocratie consiste plutôt à admettre que chaque parti fait comme il
l’entend pour choisir son candidat. D’autant qu’entre la formation qui a pour candidat naturel le Président sortant et les autres partis l’équation n’a rien de comparable. Les primaires ont au moins un avantage : elles permettent aux électeurs du camp qui s’y soumet de choisir celui qui leur paraît le meilleur pour battre l’adversaire du second tour. Et elles interdisent à ces mêmes électeurs qui ne se seraient pas déplacés aux primaires de se plaindre ensuite de ne pas avoir le candidat qui leur semble le mieux placé pour gagner. En ce sens c’est un pari démocratique qui a le mérite de la nouveauté. Le délabrement du débat public oblige à penser de nouvelles formes d’exercice du pouvoir. Cela commence par une réflexion sur les conditions mêmes d’accession à la responsabilité. Et l’organisation des primaires apparaît dans ce contexte comme une démarche sans doute nécessaire. Qui vaut mieux en tout cas que les critiques violentes mais terriblement banales que l’on a entendues du côté de la majorité après le premier débat socialiste.

L’Hémicycle vous recommande

503_DOSSIER1

Changer le design des réseaux sociaux pour protéger la démocratie

502_PETITE8

La mise au vert de la culture

502_PETITE22

Dominique Rousseau : « Pour une démocratie continue »

LHemicycle_505 Je m’abonne