Athenes le 17 septembre. Des manifestants brulent symboliquement la monnaie europeenne. PHOTO AFP


Indication de tendance : de même qu’en 2005 les blogs faisaient apparaître une majorité hostile à la constitution européenne soumise en France à référendum, en 2011 c’est la blogosphère des 27 qui manifeste sa méfiance à l’égard de l’euro.
Exemple : Luis, étudiant espagnol en doctorat de pharmacie à l’université de Saint-Jacques-de-Compostelle, espère un jour créer sa propre entreprise. Son analyse de la crise reflète sa crainte de l’austérité proposée par les Européens. Il en appelle sans illusion à la chance- lière allemande Angela Merkel.
Luis

« Selon l’hebdomadaire britannique The Economist, l’UE devrait concentrer ses efforts sur la croissance, pas sur l’austérité. Parions sur les pays périphériques avec une flexibilité du travail pour accroître la compétitivité, la libéralisation des secteurs stratégiques, avec comme corollaires les privatisations, la réduction de la bureaucratie et l’augmentation de l’âge effectif de la retraite. L’euro a atteint le point où plus personne ne va obtenir ce qu’il veut, et donc tout le monde doit donner quelque chose afin que nous restions ensemble. L’Europe est à la croisée des chemins et vous avez à choisir entre deux options : accepter des sacrifices douloureux afin de garder l’euro et l’unité européenne, ou accepter la chute de l’euro, ce qui plongera tous les pays de l’UE dans une situation catastrophique. Mme Merkel est-elle suffisamment consciente de l’avenir incertain de l’Europe ? Ce dernier n’a jamais autant dépendu d’une seule femme dans notre continent. Espérons qu’elle n’est pas myope. »
aeirinadepedra.wordpress.com

Certains blogueurs allemands expriment désormais ouvertement leur ras-le-bol face à la paralysie des décideurs politiques. Et n’hésitent plus à s’attaquer à la Commission européenne. Sur le blog Intelli- gence, un commentateur résume cet état d’esprit.
Intelligence

« Pourquoi ne pas me demander ? Avec mes solutions, au moins le cauchemar serait rapidement terminé. L’Allemagne connaîtrait des difficultés à exporter mais aurait en retour la monnaie la plus stable du monde, et plus aucune contrainte européenne. 😉 Plus sérieusement, les responsables européens ont la grosse tête. Qui sont-ils, vraiment, tous ces gens ? Ils s’occupent de normes sur le concombre et créent un tsunami de réglementations dans lesquelles une chatte ne retrouverait pas ses petits. Mais c’est peut-être le but de l’exercice, noyer les peuples sous des flots de textes afin qu’ils ne voient pas les mains qui leur retirent l’argent des poches. »
theintelligence.de

Filadelfo Scamporrino, blogueur italien spécialisé dans l’analyse financière, explique les inquiétudes de la population ultramontaine.
Filadelfo Scamporrino

« Une perte nette de € 10 850 par famille au cours des dix dernières années en Italie en raison des hausses de prix, la crise des quatre dernières années, et les plans d’austérité mis en œuvre par les gouvernements. Avec les deux derniers plans estivaux doivent s’y ajouter 1.500 € supplémentaires pour certains ménages. Ces chiffres fournis par le Comité contre la spéculation et l’épargne (Casper), montrent comment notre pays s’appauvrit de plus en plus. Et bien que l’UE a demandé à l’Italie un troisième plan, il n’est pas dit que les mauvaises surprises soient finies, surtout si le différentiel de taux entre les emprunts d’Etat allemands et Italiens continuent à rester élevés. Le gouvernement italien va devoir soutenir un coût plus élevé pour le refinancement de la dette. Et comme il lui est imposé un budget équilibré dès 2013,  inutile de dire que les citoyens devront de nouveau faire avec les plans d’austérité. »
risparmioemutui.blogosfere.it

Alors que la blogosphère irlandaise fait régulièrement le point sur les conséquences des situations de surendettement qui frappent des dizaines de milliers de ménages, David McWilliams, économiste et blogueur, est très pessimiste sur la crise européenne.
David McWilliams

« Revenons à l’Europe, où nous voyons un véritable manque de leadership. l’Europe et l’euro sont dans une impasse. Il est clair que «l’austérité» imposées afin que les contribuables paient pour les erreurs des banques ne peut pas marcher économiquement ou politiquement. Pourtant, c’est tout ce que l’établissement offre. Il est clair que l’Irlande a besoin de faire un choix important maintenant. Les options ne sont pas brillants, ils ne sont jamais en situation de crise. Toutefois, il faut maintenant passer de l’inconcevable au tout à fait possible.  S’il y a une chose que cette crise nous a dit, c’est que «les gens sérieux » n’ont aucune idée de ce dont ils parlent. Ils ont eu tort dans le boom et ils ont tort de nouveau dans la crise. Il est temps de penser l’impensable. Nous sommes à un point de basculement. »
www.davidmcwilliams.ie

En France
Les extrêmes anti-européens sont parmi les plus virulents sur la blogosphère, mais ils ne sont pas les seuls : beaucoup de pro- européens se demandent si nous devons sauver l’euro à tout prix. Sur son blog hébergé par le magazine Challenges, Henri de Bodinat s’interroge.
Henri de Bodinat

« La sortie de l’euro ne doit cependant pas être plus divinisée que l’euro lui-même. A elle seule elle ne peut faire sortir la Grèce de la crise. Mais la sortie de l’euro devrait rendre possible la sortie de crise. Ne pouvant plus emprunter facilement, l’Etat Grec devrait faire preuve de discipline. Et dégagé de la pression d’une devise trop forte et d’un endettement insupportable, la Grèce pourrait gérer librement son destin. La seule alternative serait à l’éclatement de la zone euro serait de garder l’Euro, de créer une Europe fédérale, et de suivre une stratégie à la Chinoise. Mais ne rêvons pas, les pays Européens n’ont ni l’unité, ni la discipline, ni l’intelligence de la Chine…Ils n’ont pas compris que la crise était une conséquence d’une guerre économique sans merci que se livrent les blocs. Sacrifier l’euro pour sauver l’Europe? »
Stratégies.blogs.challenges.fr

Partager :