L'Hémicycle L'Hémicycle

Débat

Le « pigeon », oiseau de bon augure ?

Les « pigeons » non plus ne font pas le printemps. Les patrons à l’initiative de cette fronde inattendue auront pourtant peut-être, finalement, rendu service à François Hollande et à son équipe. En obtenant des pouvoirs publics qu’ils allègent leur projet de taxation des plus-values en cas de cession d’entreprise, ces créateurs de start-up et autres autoentrepreneurs militants d’un jour ont forcé la nouvelle « gauche de gouvernement » à sortir de l’ambiguïté qu’elle cultive encore à l’égard de l’entreprise avec un grand « E », première source de création de richesses ? et d’emplois ! Elle ne le claironne pas, bien sûr, mais en revenant aux responsabilités la gauche gouvernementale a pris conscience de l’aggravation de la fragilité des firmes françaises dans la compétition internationale, du fait de l’érosion continue de leur compétitivité depuis quinze ans au moins. Hors caméra, Michel Sapin le re connaît, « il est nécessaire de donner des armes aux entreprises pour les aider à réduire le déficit du commerce extérieur ». Formule, toute en fausse pudeur, qui fleure encore bon son politiquement correct mais qui en dit long sur l’effroi qui a saisi le ministre du Travail et ses collègues devant l’importance de l’enjeu. Ne pas décourager l’initiative, les investissements de croissance, l’innovation.

L’Hémicycle vous recommande

std_720x405_511_11

Accélérer la transition énergétique

STD_506_regards_croises

L’industrie de la santé rêve de se réinventer

standard_505_2-Dossier6

Réinventer l’État pour sortir de l’impuissance

514_det Je m’abonne