L'Hémicycle L'Hémicycle

Politique

David Djaïz : « La nation est notre bien commun » 

Pour ce brillant essayiste et enseignant à Sciences Po, notre pays est en crise nationale, en panne de projet et d’idées, dont l’issue passe par la reconstruction d’une démocratie de proximité dans laquelle des gens qui n’appartiennent pas aux mêmes univers et qui n’ont pas les mêmes aspirations retrouvent du plaisir à être et à faire ensemble. 

std_720x405_514_10 En 2019, dans Slow démocratie (1), un essai salué par plusieurs prix, vous proposiez de réhabiliter l’État-nation…  David Ddjaïz Oui, parce que la nation est notre bien commun. On a pensé un peu vite, en Europe, que la mondialisation, c'est-à-dire la libre circulation des capitaux, des marchandises, des êtres humains, des informations, allait effacer les frontières culturelles et nationales, et qu'on allait vivre dans un grand tout, un peu indiscriminé, où tout circule joyeusement. En réalité, on constate que la mondialisation n'a pas du tout effacé la nation. Comme l’a analysé l'historien Pascal Ory, il n'y a jamais eu autant de nations dans le monde. C'est un phénomène profondément mondialisé, peut-être le plus mondialisé. Il y a une aspiration des peuples à se gouverner eux-mêmes et4555

L’Hémicycle vous recommande

std_720x405_515_11

Les métamorphoses de l’euroscepticisme à la française

std_720x405_515_10

Le risque d’un Parlement imprévisible

std_720x405_515_8

Pourquoi le populisme de droite a le vent en poupe

515_Mockup_det-1 Je m’abonne